• Nous repartons de Tenerife le cœur chaud de tous ces beaux événements auxquels nous avons assisté mais aussi, le cœur lourd de devoir quitter Santa Cruz. Et, nous allons nous coucher. Cette nuit,  juste pour préciser, j’ai entendu ronfler !!! Devinez QUI !!!!

     Le lendemain, Xavi et Flipper nous ont apporté le « P’tit Dej’ » au lit et ça, mais alors ça : c’est magique !!!! Nous avons eu : des croissants, du jus d’orange, des tartines à la confiture d’abricot, la meilleure confiture au monde et trois fleurs dans un pot. C’était vraiment trop mignon Et, c’est reparti pour quelques jours en mer.

    Au début, tout s’est bien passé. Le temps était clément, l’eau très claire et le soleil au rendez-vous ! Puis, nous avons trouvé quelques dauphins au loin sur notre chemin, mais, en se rapprochant de plus en plus, nous nous sommes rendu compte que c’était deux grosses baleines bleues. Quelques minutes plus tard, plus aucune trace de ces mammifères marins, dommage ! Je décide alors de me rapprocher près de l’endroit où elles étaient afin d’essayer de les revoir  et de plus près… et là, stupeur, les voilà de nouveau !!! Elles étaient magnifiques et gigantesques !!! Nous nous rapprochâmes au maximum et c’était assez impressionnant  de voir leurs ombres dans l’eau : cela faisait même un peu peur….  l’eau était limpide, sans houle et nous les voyions aussi bien que si l’on avait porté un masque ! Une fois ce beau spectacle terminé, tout le monde est rentré dans les cabines sauf Xavi qui est resté avec moi pour prendre un petit cours de navigation !

    Soudain, nous avons ressenti une énorme secousse qui a presque fait chavirer le bateau ! On aurait dit un tremblement de terre !! ! Xavi est tombé et j’entendais des cris dans la cale : on ne savait pas ce qui nous arrivait. Mon petit garçon pleurait et avait le bras en sang : soudain, j’ai compris !!! J’ai regardé  devant moi et vu, bouche bée, un monstre bleu foncé, semblable à un immeuble de dix étages, sortir de l’eau et replonger « aussi sec ». Je pense que la baleine qui, une seconde auparavant, se trouvait devant mes yeux nous a heurté avec sa queue : cela expliquerait l’énorme secousse ressentie.

    Finalement, plus de peur que de mal, fort heureusement ! Mon Xavi s’en tire avec des plaies superficielles que la Sirène s’empresse de soigner avec le kit de survie prévu dès le départ ! Après coup, je m’en veux un peu d’avoir eu l’inconscience de vouloir m’approcher de trop près de ces créatures et d’avoir pris tous ces risques inutiles ! Cependant, dans le regard des miens, je ne vois aucune rancune mais plutôt de la surprise d’avoir vécu ce moment spécial C’est quand même une sacrée expérience que nous ne sommes pas prêt d’oublier !!

    Nous avons besoin d’un petit moment pour reprendre nos esprits et nous remettre à naviguer comme il se doit ! Le soleil commence  à se coucher petit à petit et, pour nous remettre de cette aventure et me faire pardonner, ce soir,  je décide de nous faire un repas COMPLET ! Avec les yaourts que nous avons achetés à l’escale précédente et beaucoup d’autres délices de Tenerife que nous avons pu trouver lors de notre dernière visite !

    -          Nous avons bien mangé  dit flipper 

    -         Je confirme réplique La sirène ! 

                Nous avons quand même vécu un moment de pure folie (et de pure frayeur !!) je n’oublierai jamais tout ça ! Nous retournons au bateau et ma famille et moi-même décidons de naviguer là où le vent nous mènera …..

     

    Note de l’auteure :

    Peut-être qu’il n’y aura plus de Depréiade mais il faut que vous sachiez que j’ai adoré écrire et inventer ce récit. Cela m’a permis de  faire travailler mon imagination et mon orthographe, C’était génial : je n’oublierai jamais tout ça ! Je remercie Mme Pépin-Donat et M. Bottella pour tout  et surtout toute la famille Deprez qui m’a bien inspirée! Merci beaucoup !

    Note du professeur de Français :

    Il reste une ultime étape à créer. Tu vas donc pouvoir continuer à faire travailler ton imagination fertile…

     

     


    2 commentaires
  • GOMERA, Juillet 28

    Nous revoilà en route pour une destination inconnue !! Comme d’habitude, c’est moi, la Sirène, qui commence à écrire dans le journal de bord. Alors, nous nous sommes arrêtés d’écrire le jour de l’anniversaire de Xavi. Nous sommes restés à la Gomera quelques jours et maintenant, nous nous sommes bien réapprovisionnés en beurre et en yaourts. On a eu du mal à dire au revoir à cette île fantastique avec ses plages extraordinaires, et cette odeur d’orange exotique mélangée à l’odeur de la mer salée… Mais, maintenant, nous revoilà en mer. Ça ne commence pas bien du tout : Xavi et Flipper se disputent car ils veulent, tous les deux, jouer avec ses nouveaux cadeaux. A peine avions nous quitté le rivage qu’il a commencé à pleuvoir ! Résultat : on est tous de mauvaise humeur et, dans un petit espace comme celui d’une cabine, je peux vous assurer que cela ne fait qu’empirer les choses… Mais, je suis joueuse et je me suis lancé un défi : à chaque fois que j’aurai envie de dire quelque chose de pessimiste, hé bien, je dirai quelque chose d’optimiste ! ……lllle bbbbateau bbbouge, jjjje ne pppeux pppas éééécrire ………… qqqquuu-eeeest ce qqqqu’iiiilll sssse pppassseee?

     

    2min et 35 secondes plus tard

    Le bateau bougeait car : IL Y A DES REQUINS QUI ENTOURENT LA COQUE ET QUI SE TAPENT CONTRE LES BORDS !!!!!!!!!!!!!! Si,si, je vous assure…Nous avons tous trop peur !!!!!! Si je meurs, je veux que quelqu’un sache la date et l’heure. Alors, il est 11 : 33 et 54 secondes (c’est pour ça que je sais exactement combien de temps est passé). J’ai oublié de préciser, CE SONT DES REQUINS BLANCS !!!!!!!!!!!!!!!!! 

    Euuuuhh je crois, quelques minutes plus tard

    Coucou, c’est Flipper qui écrit : maman s’est évanouie. Elle a trop peur et quand elle a écrit : « Nous avons tous trop peur », ça veut dire, en fait, « MOI, j’ai trop peur ». Mais, moi, Chloé, je n’ai pas peur du tout, c’est elle qui a peur, la froussarde. C’est bizarre parce que maman, d’habitude, ce n’est pas une peureuse. C’est peut-être le choc !!!! Xavi se moque d’elle !!!!! (J’aime quand quelqu’un se moque de quelqu’un.) Elle est toute blanche, mais quand même, elle a fait de la comédie. Elle l’a transformée en drame. Ce ne sont que quelques requins dangereux qui nous encerclent…C’est tout !!!!!  Moi, J’adore les animaux, TOUS les animaux !! Les animaux marins, les animaux terrestres et ceux qui volent (les animaux volants). Xavier, lui, ce sont les animaux marins qu’il préfère. Ces requins sont trop beaux ! J’ai envie que nous les adoptions !!!!!  Oh non, ils partent !!!! Je dois y aller. Au revoir !!!!

    Je ne sais pas où… mais en mer (ça, c’est sûr), Juillet 29

    Me revoici, c’est encore moi la Sirène !!! Alors hier, je ne sais ce qui m’a pris !!!! J’avais trop peur !!!! DES REQUINS BLANCS, J’AI VU DES REQUINS BLANCS ! Mais, c’est vrai, j’ai un peu exagéré. Quand je me suis réveillée de mon petit évanouissement, j’étais  toute blanche puis Xavi m’a dit que les requins étaient partis et c’est là que j’ai pu me détendre pour la première fois de toute la journée.

    Aujourd’hui, tout est calme ; la mer, le temps, le Capitaine et même les enfants ! Je me sens comme dans un spa : la douceur de la chaleur qui me réchauffe la peau, le vent qui fait balancer doucement le bateau, comme si j’étais dans un fauteuil à bascule et l’eau qui m’éclabousse lentement. C’est merveilleux !!! Je n’ai pas envie de rentrer !!! Ici, c’est totalement le contraire de la 5ème4. Ils sont si bruyants !!! Mais, globalement c’est une bonne classe !! Je crois que je vais passer le carnet au Capitaine, moi j’ai envie de relaxer ! Au revoir !!! 

     

    Quelques temps plus tard

    Maintenant, c’est le Capitaine qui vous écrit. Moi, je suis sur le pont du bateau et je suis en train de bronzer. J’aime bien lire ou écrire en bronzant !!!! Je rêve d’être en vacances, tout le temps !!!! Ne jamais travailler !!! Mais c’est vrai qu’il y a des choses qui me manquent !!!! Oh non ! Il y a un grand nuage qui cache soleil.  Ne me dites pas qu’il va pleuvoir…

    5minutes plu tard

    Il pleut. Il pleut même des cordes. Il y a 5 minutes, il faisait super beau : il y avait beaucoup de soleil ! Et maintenant, il pleut. Et il y a même du tonnerre !!!!! Toute la tranquillité est partie : Chloé et Xavier se disputent, Delphine se fâche. Nous sommes tous coincés sous le pont. Et, vous avez vu que j’appelle tout le monde par leur prénom et non par leurs pseudonymes. Je fais ça quand je suis énervé !!

    J’ai une idée. Nous allons jouer à un jeu de société !! Oui c’est génial !!Parfait pour nous distraire !!!

     

    Après un jeu

    Comme je suis naïf !!! Ce jeu était pire que la pluie dehors. Ma famille est si compétitive !!!! C’est Chloé qui a perdu et elle avait  les larmes aux yeux. Xavier a gagné, Delphine deuxième, moi, troisième et Chloé dernière. Ah comme je suis bête !   Mais bien sûr, nous sommes tous affamés et cela se reporte sur notre humeur!!!

    Il est quelle heure ? Il est trois heures quarante et on a oublié de manger à midi !!! À demain ! Ah non, c’est Xavi demain ! C’est son tour !

    En mer, Juillet 30

    Bonjour c’est Xavier !! Aujourd’hui il fait…… : pas beau L Il y a un grand nuage de pluie !!!  Alors, ça m’arrange d’écrire car je n’ai rien à faire !!!!! Ce matin, quand je me suis levé (ou plutôt cette après-midi), il pleuvait L, après ça s’est arrêté J, et maintenant, il repleut L. Dans quelques jours, on devrait arriver mais depuis quelques temps,  je ne vois ni îles, ni continent… que de la mer, que de l’eau, à perte de vue ! On se croirait comme dans un film, comme si on était Robinson Crusoé : abandonnés, ne sachant pas où on est !!! J ‘ai une trop bonne idée : nous allons faire de ce carnet un film d’aventures. Et ça s’appellera Xavier……. et sa Famille. Parfait ! ----------------------------------------------------------- Pardon le b--------------------ateau vient de-------------------bouger. IL-------------y a du----------------tonnerre. Tout est noir et nous ne voyons rien sauf les éclairs qui illuminent le ciel ! Les vagues immenses s’écrasent contre notre bateau !! Pendant ce voyage, nous avons vécu trois orages : le premier c’était le 12 juillet, le deuxième, hier et le troisième aujourd’hui L. Et maintenant, en plus, Chloé pleure : elle déteste les orages !!!!!!

    Coucou, maintenant, c’est Flipper !!! Nous sommes en plein milieu d’un orage et j’ai peur. L’eau commence petit à petit à rentrer dans le bateau. J’ai de l’eau aux chevilles !!! Je suis dans ma chambre car je prends mon sac ‘waterproof’ (imperméable) de secours que j’ai préparé le premier jour au cas où on en aurait besoin !! Et moi, je crois qu’on en a besoin, maintenant !!! Maman est venue me chercher car nous préparons un canot de sauvetage !!!!

    Je vais sauter dans le can---Je mets le car--- da--- le sa--- 

    Je ne sais pas où, Juillet 31

     Je me réveille dans ma cabine. Xavi et les parents sont avec moi. Papa et maman ont  dû me remonter à bord quand le gros de la tempête est passé. Le canot est en train de sécher au soleil, sur le pont mais…Où Sommes nous ?

     

     

     

     

     

     

     

     


    1 commentaire
  • Avec la bonne idée du Capitaine, notre fameux équipage était en direction de… Non, en fait c’était ça la bonne idée du Capitaine : partir sans direction ! La première réaction de l’équipage fut : « Non mais ça ne va pas !? ». Puis, au fur et à mesure, un membre de l’équipage commençait à bien aimer l’idée de naviguer sur la mer sans destination précise : Flipper !

    Le lendemain, ils s’arrêtèrent devant un grand bloc rocheux qui dépassait de la mer, alors, ils en profitèrent pour se baigner tous ensemble. Flipper continuait de vomir perpétuellement sans même en connaître la raison. Xavi se fit fort mal au genou en se le râpant contre un rocher : il sortit donc de l’eau salée qui le piquait très fort. En fin d’après-midi, la Sirène s’allongea sur un rocher et bronza ; Xavi se mit donc à côté d’elle pendant que Flipper ramassait des coquillages et que le Capitaine faisait le tour du bloc rocheux. Dès qu’il revint avec un sac rempli d’algues, ils se remirent en route.

    Le lendemain, le Capitaine fut réveillé par la Sirène qui l’informa que le genou de Xavi s’était infecté pendant la nuit et qu’il avait de la fièvre. Le Capitaine donna, à son fils, des cachets et le laissa se reposer. Plus tard dans l’après-midi, la Sirène qui bronzait sur le pont du bateau, rentra dans la cabine principale pour prendre, elle aussi, des cachets car elle ne se sentait pas bien. La Sirène et Xavi se reposèrent une bonne partie de la journée, tandis que Flipper et le Capitaine s’occupaient d’eux. Le jour d’après, après avoir lu un livre qui parlait de biologie, notre Capitaine eut une idée… Trente minutes après, il revint avec un liquide verdâtre qu’il fit avaler aux deux malades :

    « Ah ! Mais c’est horrible , s’affola la Sirène

     -  De quoi est-ce que c’est fait ? » enchaîna Xavi

    -  Euh…  hésita le capitaine, c’est fait à base d’algues que j’ai trouvées l’autre jour ; il est dit dans un livre que certaines algues peuvent guérir toutes sortes de maladie alors j’ai essayé ! 

    Au moins, cette fois-ci, ce ne fut pas Flipper qui vomit ! Au final, quelques jours plus tard, ils étaient guéris : le genou de Xavi allait mieux et les migraines de la Sirène avaient disparu. Est-ce dû aux algues, ou non ? Ils ne le savaient pas ! Le lendemain matin, la sirène réveilla tout le monde, comme d’habitude, en leur disant :

    - J’ai rencontré un bateau de pêche, ce matin, et les marins m’ont informé que nous étions au-dessus des volcans marins ! 

     Tout de suite après, sans laisser le temps aux autres de parler flipper s’affola :

    - Se peut il que les volcans soient en éruption ? 

     Le Capitaine et la Sirène la rassurèrent en lui disant que ça n’arrivait presque jamais et qu’il n’y avait aucun risque tandis que Xavi n’arrêtait pas de lui dire qu’ils étaient en danger de mort pour l’embêter… Malgré tout l’équipage qui lui disait qu’il ne verrait rien, le Capitaine s’obstina à plonger dans l’eau ! Il ressortit quelques minutes plus tard sans n’avoir rien vu… la profondeur était énorme dans ces endroits.

     

    Le soir, Flipper eut du mal à s’endormir à cause des atrocités que lui avait dit Xavi. Le lendemain, une discussion eut lieu : la Sirène demanda où ils iraient finalement. C’est vrai qu’ils n’y avaient pas réfléchi ….. Le Capitaine lui répondit : « Nous finirons bien par arriver quelque part et ce sera notre découverte surprise ! » Cette phrase aboutit la discussion, et de ce fait, ils continuèrent de voguer paisiblement sur la mer….


    1 commentaire
  • Le lendemain matin, nous levons l'ancre. Depuis quelques temps, une certaine tension subsiste sur le bateau. Chacun est dans son coin… donc, un petit arrêt en haute mer pour détendre l'atmosphère s'impose. Chloé se jette à l'eau, Xavier prend sa canne et va à l'avant du bateau, la Sirène se fait bronzer et moi, je tourne en rond ! Soudain, un hurlement me transperce les tympans ! C’est qu’elle a de la voix ma femme !  « Un requin » crie-t-elle à tue-tête. Vite, sans réfléchir une seconde, je remonte flipper sur le pont sous les yeux de Xavi plié de rire. Il avait mis, au bout de sa canne, un aileron de requin pour effrayer sa sœur et ça avait fonctionné ! Bien sûr qu'il a été puni dans sa cabine et l'on en a profité pour discuter de la suite de notre aventure. Le soir, nous décidons de faire une escale sur la première île en vue.

     

    Quelque mile plus loin, nous voilà au large d'une superbe plage. On jette l'ancre et après le petit   déjeuner, on se rend sur la plage. Après la baignade, tandis que les enfants et moi commençons une partie de foot, Delphine explore un peu les environs et nous trouve un super emplacement pour le pique-nique. Il fait une chaleur accablante et l'on décide de visiter le musée de la ville. C'est une grotte creusée dans la roche et il y fait frais. Sur les parois, il y a des peintures géométriques. On y trouve aussi les objets dont se servaient les hommes de cette époque. A l'extérieur, on retrouve même les vestiges de leur village.           

     

    Ensuite nous visitons un peu la ville, et au coin d'une rue, Delphine repère une petite boutique de robe. Elles sont aussi belles les unes que les autres et le choix est difficile. Elle les voudrait toutes, mais la carte bancaire n'est pas d'accord… il faut donc faire un choix. Nous aimons tous un modèle différent, ce qui n'aide pas du tout la Sirène. Du coup, c'est la vendeuse qui donne son avis et le choix est fait. Nous retournons manger sur le bateau puis nous décidons de dormir sur la plage. Au milieu de la nuit, nous sommes réveillés par le bruit du tonnerre. Le temps de tout ranger et de regagner le bateau et c'est le déluge.

               

    Le lendemain, il y a un beau soleil. Les informations météorologiques me disent que le beau temps s'installe pour plusieurs jours. On décide de partir en randonnée. Nous grimpons la colline derrière le village. Nous arrivons dans une ferme qui propose des balades à cheval. Et nous voilà environ une heure après , au milieu de nulle part… devant nous, la vigne avec, au loin, des arbres et, derrière, une vue splendide sur le village en contrebas et la mer jusqu'à l'horizon. Un repas bien mérité, une sieste, une partie de foot et nous voilà de retour à la ferme. Nous redescendons au bateau : ce soir, pas de volontaire pour dormir à la belle étoile sur la plage. Le matin suivant, Xavi décide de rejoindre un petit groupe de vacanciers, Chloé s'est fait une amie sur la plage et nous demande si elle peut passer la journée avec elle, et je propose à ma Sirène une petite journée de farniente tranquille en amoureux. Le soir, après le repas, nous sommes tous contents de nous retrouver : nous avons  passé une excellente journée. Cela nous a fait du bien de s'arrêter pendant trois jours sur cette merveilleuse île. Le silence de la pleine mer nous manque et nous décidons ensemble de lever l'ancre en direction des îles du cap vert.

     

     


    2 commentaires
  • Dans la précédente partie, nous nous étions quittés sur l'anniversaire de Xavi qui fêtait  ses 12 ans ! Mais, malheureusement, il n'y avait que lui qui avait la pêche ... La Sirène en avait littéralement marre de voir de l'eau à perte de vue ; Flipper s'ennuyait de plus en plus et le Capitaine ne supportait plus de manger tous les jours du poisson et du riz. Vous ne me croyez pas ? Constatez par vous-même alors !

    -Papa, papa, c'est quand qu'on arrive ? demande Flipper.

    - Je ne sais pas, lui répondit son père.

    -Et là, maintenant, tu sais quand est-ce qu'on va arriver ?

    - Non toujours pas.

    - Et maintenant, tu le sais ?

    - Non !

    -Et là ?

    - Tu commences vraiment à m'énerver, va jouer avec tes poupées ! s'exclama son père.

    Flipper repartit et amena sa poupée du nom de Jessica.

    - Jessica veut savoir quand est-ce qu'on arrive.

    - Reste calme Franck, reste calme, se dit-il à lui-même. Va voir maman, soupira le Capitaine.

    - Mais non, je lui ai demandé, elle m'a dit de venir te voir !

    - Dans ce cas-là, va voir Xavi !

    - Non plus , je lui ai demandé… il m'a dit d'aller voir maman, je suis allée la voir et elle m'a dit de venir te voir !

    - Bon, écoute, ce qu'on va faire, c'est que tu vas nettoyer le pont, comme ça, le temps passera plus vite… d'accord ? proposa calmement le Capitaine.

    - Non, non, c'est bon, bougonna Flipper en partant.

    Flipper retourna voir sa mère, déçue.

    - Qu'est-ce qui se passe Chloé ? lui demanda la Sirène.

    - Ben, en fait, tu m'as dit d'aller voir papa parce que tu ne savais pas quand on arrivait, et il m'a crié dessus parce qu'il ne la savait pas, déclara Flipper, déprimée.

    - Écoute, ton papa est très compliqué, tu sais, lui avoua la Sirène.

    - Non, c'est absolument faux ! s'exclama le Capitaine qui écoutait la discussion depuis le début.

    - Ahahah ! Si ! Papa, déclara Xavi qui venait, lui aussi, d'arriver.

    - Non, s'exclama le Capitaine, encore une fois

    - Bon, celui qui trouve que papa est compliqué lève la main, proposa Chloé.

    Immédiatement, sa mère et son frère levèrent la main en rigolant.

    - Tu vois, on a la majorité des votes, donc, tu es compliqué, déclara Xavi.

     

    La famille rigola et rentra dans la cabine principale car le temps commençait à se couvrir. Depuis un certain temps, la troupe se demandait vers où ils allaient aller, et ils avaient enfin trouvé leur destination : le Cap Vert ! Direction : l'Afrique pour nos aventuriers ! Quelle chance ! Enfin bref, reprenons. La famille prit donc, le « cap » du Cap Vert !

    Il est déjà tard : la famille se couche déjà ! Mais pendant la nuit, quelque chose les réveille : le navire tangue et, comme si on ne s'y attendait pas, Xavi vomit ! Toute la nourriture et les divers objets tombèrent parterre. Qu'est-ce qui provoquait tout ce vacarme ? Une tempête ! Elle se calma aux alentours de 2h00 du matin. Le lendemain, la troupe rangea tout ce qui était au sol. Quand le rangement fut fini, ils allèrent sur le pont. Flipper proposa de se baigner. Xavi ne semblait pas très d'accord.

    - Allez ! Je n'ai pas envie d'y aller toute seule, s'exclama Flipper.

    -Ah non ! Elle est trop froide, déclara Xavi.

    - Et après on dit que c'est moi la petite nature… répliqua Flipper

    - Tais-toi, lui ordonna Xavi.

    - Xavi, arrête de te disputer avec ta sœur, ça devient très énervant à la longue, rétorqua son père.

    - Mais c'est elle aussi, elle veut que je me dispute avec elle !

    - Ehh ! "Elle", elle a un prénom, répliqua Flipper.

    - Vous êtes punis tous les deux, expliqua la Sirène.

    Flipper, vexée, partit bouder dans son coin. Le soir, la tension est à son comble, et le silence aussi. La soirée parut longue pour Xavi, car sa sœur ne voulait plus jouer avec lui. En effet, malgré son âge et ce qu’il en dit, Xavi adore jouer avec sa sœur ! Mais en ce moment, elle n'est pas d'humeur pour jouer avec lui, donc son frère aussi. Quand Xavi en eut assez, il partit s'isoler dans sa cabine. 

     š        š        š        š        šš        š        š        š        š 


    1 commentaire