• Dobian se met dans la peau de Capitaine...et il sait y faire!

     
       

    I Le départ

     

                  Bonjour, je m'appelle Frank, je suis grand, fort, ainsi que bricoleur mais surtout, je suis le capitaine de notre beau bateau jaune le « TAILANA ». Les autres membres de l'équipage sont Delphine, ma femme : une vraie râleuse qui adore nager et découvrir de nouveaux horizons, mais qui est aussi la plus jolie des sirèneswink2 ! Il y a aussi mes deux enfants :  Xavier dit « Xavi », le roi des pêcheurs qui s'intéresse à tout et a un véritable œil de lynx puis, Chloé que l'on surnomme aussi « Flipper » pour sa grande passion des cétacés qu’elle adore observer ; elle est calme et toujours souriante.

    Nous allons faire le tour de l'Atlantique. Actuellement, nous nous trouvons à Agadir, au Maroc.

                  Nous nous sommes rendus dans le plus grand restaurant d'Agadir : « Le Palais Du Jardin » pour fêter notre départ et puis revoir une dernière fois notre liste de provisions.

                  Je commence par les conserves, les...

       Heu.... Oui capitaine, me répondit Flipper.

       Et le chocolat, les amandes pour ma belle?

       Ou ! Tout y est ! La trousse de secours et les valises sont dans la cabine, mon chéri, m'interrompit ma chère et tendre épouse

       Moi, dit Xavi, j'ai pensé à prendre le fusil harpon de papa et mon ballon de foot.

       Eh ben moi, répondit flipper en hurlantbeurk, j'ai pris les jolies robes de maman, mes jouets et mon doudou.

       Chut...

    Tout le monde dans la salle a les  yeux rivés sur moi.

       Zut, les cornes de gazelle!

       Maman, c'est quoi des cornes de gazelle?

       Mon cher petit, des cornes de gazelle sont des petits gâteaux fourrés de fleur d'oranger, de sucre glace, de cannelle et d'un zeste de citron qui ressemblent à des petits croissants maigres.

       Ha…

       Tu iras demain, me conseilla ma belle.wink2

       D'accord, mangeons maintenant.

                 

    Le lendemain matin, je suis réveillé de bonne heure par le clapotement des vagues sur la coque de notre magnifique petit navire TAILANA. Je décide de partir à la recherche des fameuses cornes de gazelle. Dix minutes plus tard, je me retrouve devant le souk el had, une sorte de marché géant multicolore, qui vend de tout comme des épices, du café, des tapis soyeux, des meubles. Il y a pleins de petits étals  sur la place et dans les rues ; les murs sont recouverts de milliers de mocassins ou d'assiettes ; des odeurs fortes et agréablement bonnes émanent de partout. On peut y marchander toutes sortes de choses mais pas de trace de ces fameuses cornes de gazelle ! Je décide donc que je les ferai moi-même et me mets en quête des ingrédients. Il me faut de la farine, du beurre, des œufs, de l'eau de fleur d'oranger, du sel, de la poudre d'amandes, du sucre en poudre, du miel (liquide), de la muscade, de la cannelle. Une fois tout cela trouvé, je retourne au bateau.

     

                  Tout le monde est réveillé, nous prenons donc notre petit déjeuner et nous larguons les amarres à six heures du matin comme prévu. Nous quittons le port. Arrivé au large, je hisse la grande voile et on met le cap sur l'île de Madère. Le soleil est au rendez-vous pour cette première journée et une légère brise nous fait avancer lentement. Xavi et Chloé sont sur le pont et scrutent l'eau à la recherche de poissons tandis que ma sirène se fait dorer au soleil. La matinée passe tranquillement. A l'heure où le soleil est au plus haut dans le ciel, nous décidons de nous mettre à l'abri dans la cabine et ma femme nous fait notre premier repas.

     

    Après une sieste bien méritée, Chloé prend ses jumelles et observe l'horizon. Xavier sort sa canne à pêche. Le soir, nous nous régalons de poissons et les enfants vont se coucher. Je demande à Delphine de prendre le premier quart. Vers deux heures du matin, je monte pour la remplacer.

                  Au lever du jour, la mer s'agite un peu et trois têtes sortent de la cabine. Les enfants prennent la barre et je descends préparer le petit déjeuner.

       Des cornes de gazelles, s'exclament-ils tous en chœur!

       Je croyais que tu n'en avais pas trouvé?

       Je les ai faites ce matin.

       Tu es incroyable chéri, et quand tu as une idée...sarcastic

    Soudain une rafale de vent… juste le temps de tout rentrer à l'intérieur. Le bateau prend de la vitesse. Il était temps, je commençais à me dire que l'on n’arriverait jamais à destination. L'après-midi, on prend même le temps de se baigner pour se rafraîchir un peu car il commence à faire très chaud. Même la nuit, la température reste élevée et le matin du troisième jour, la pluie fait son apparition. J'enfile mon imperméable et toute la matinée, je maintiens le cap. La houle me force à rabattre la voile. Il faut attendre que le vent et la pluie se calment un peu. Aujourd'hui, les enfants sont malades et ma femme n'est plus de bonne humeur. L'après-midi, on s'occupe en faisant des jeux de société et en écoutant la radio et surtout les messages météo.              

                  Au petit matin du quatrième jour, enfin, tout redevient plus calme et notre voilier vogue à cinq nœuds. Les nuages cachent le soleil et pendant que ma femme prépare le repas, Chloé décide de nous faire une quiche pour ce soir…

     

     


  • Commentaires

    1
    tailana
    Mardi 3 Mars 2015 à 09:16

    quel capitaine ce dobian, je ne sais pas si je parviendrais à faire aussi bien! franck

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :