• Emportés par le vent…

     

    Après notre beau et petit séjour à l'île de la Gomera où nous nous étions bien amusés, nous partîmes du port mais nous nous posions une question cruciale : où aller, maintenant ?

    Après une longue discussion familiale, nous décidâmes de nous laisser emporter au gré du vent ...

     

    Nous prîmes alors le large et nous admirâmes le paysage. Nous étions heureux, nous jouions sur la proue du bateau, nous nous baignions car il faisait très chaud et l'eau était délicieuse.

    Nous passâmes cette première journée dans la joie et la bonne humeur, donc.

    C'est seulement en début de soirée que Flipper et Xavi en eurent assez : ils n'aimaient vraiment pas les règles de vie à bord comme:

    -Faire la vaisselle.

    -Faire le ménage.

    -Débarrasser la table.

    -Mettre la table.

    Et plein d'autres choses...

    C'est ainsi qu'arriva l'heure de dîner. Habituellement, Xavi et Flipper devaient mettre la table mais là, ils refusèrent catégoriquement de le faire.

     

    C'est ainsi qu'un grand débat devant un bon repas se fit... Xavi demanda à ne plus faire la vaisselle, Flipper se plaignit que l'on ne jouait plus avec elle… Son frère, alors, ajouta qu'il en avait assez de prendre la douche avec de l'eau froide… c'est à ce moment-là que sa sœur répliqua en réclamant plus de bonbons et ainsi de suite...Un vrai bombardement de revendications !

    Quant à nous, les parents, nous en avions assez que les enfants se plaignent pour un oui ou pour un non, alors, notre décision fut de rester sur nos positions et nos habitudes. En effet, c'est déjà difficile d'être toujours ensemble sur le bateau, c'est petit, alors, il faut de l'organisation, ce qui était à peu près le cas avec nos règles alors si nous avions changé nos méthodes, nous courrions à la catastrophe.

    C'est ainsi qu'au final, Flipper et Xavi n'eurent pas ce qu'ils voulaient et ils allèrent se coucher, en bougonnant et en montrant clairement leur mécontentement !

     

    Pendant la nuit, les parents dormaient profondément, et Xavi et Flipper décidèrent de sortir un peu pour parler : ils échangèrent toutes leurs idées pour arranger leurs soucis. C’est ainsi que l'idée de se rebeller leur vint. La mutinerie de Xavi et Flipper prit alors forme...

     

    Le lendemain matin, les enfants refusèrent de se lever. La Sirène pensa qu'ils étaient malade, mais c'est juste qu'ils ne voulaient pas sortir de leurs lits. Capitaine pouvait même crier, Xavi et Flipper ne voulaient pas se lever, un point, c’est tout ! C'est ainsi que les parents décidèrent de faire une réunion de famille.

     

    Plus les heures passaient, plus les membres Déprez se disputaient et râlaient car ils ne s'entendaient pas. C’est alors que Capitaine eut une idée et il l'expliqua à tout le monde...

     

    Changement de règles :

     

    1- Vous aurez à faire votre lit tous les matins.

    2- Vous ferez la vaisselle le Mardi et le Jeudi.

    3- Vous mettrez la table le Lundi et le Mercredi.

    4- Vous débarrasserez la table le Samedi et le Vendredi.

    5- Vous aurez le droit d'avoir le hamac une heure le dimanche.

    6- Vous aurez le droit de jouer aux jeux vidéo seulement le soir.

    7- Vous devrez vous coucher au maximum à 22h30.

    8- Vous devrez vous lever à 8h30 pour le petit-déjeuner

    9- Vous devrez passer le balai une fois par semaine.

    10- Le dimanche, vous aurez un temps libre l'après-midi.

     

    Capitaine & La sirène 

     

     

    Flipper et Xavi lurent attentivement les nouvelles propositions, les approuvèrent et les signèrent... Tout ne leur plaisait pas mais ils avaient très faim, maintenant, et la Sirène avait décrété qu’elle ne ferait pas à manger tant qu’un accord n’aurait pas été trouvé…

    Nous voilà donc déjà en fin de journée et enfants et parents s’étaient enfin mis d'accord, c'est ainsi qu’ils purent manger en paix... Le dîner terminé, ils allèrent tous alors se coucher car ils avaient eu une journée bien remplie.

    Il y avait beaucoup de vent et la mer était un peu agitée ; d'ailleurs, la pluie était au rendez-vous : il faisait nuit noire et il y avait de l'orage et du vent, Flipper avait très peur et Xavi ne se sentait pas bien car le bateau tanguait. Les parents furent alors obligés de couper leur sommeil pour manœuvrer le bateau et rassurer les enfants qui étaient en panique.

    Capitaine tenait la barre fermement, la Sirène rassurait les enfants et leur prépara un bon chocolat chaud pour les réchauffer et du café pour elle et son mari car ils n'avaient pas fini de travailler et ça prendrait peut-être toute la nuit. Flipper était collée à sa mère et Xavi était aux toilettes...

    Ce fut une nuit bien agitée mais plus de peur que de mal, ce n'est qu'au lever du soleil que la tempête se calmat mais tout le monde était fatigué… Ils décidèrent alors d'aller faire une petite grasse-matinée sauf la Sirène et le Capitaine qui, eux, devaient préparer à manger et réparer les dégâts causés par la tempête...

    C'est ainsi qu'ils travaillèrent toute la matinée et ils allèrent réveiller les enfants pour l'heure du déjeuner.

    A la fin du repas, Xavi et Flipper allaient donc partir jouer quand Capitaine les appela pour la vaisselle car nous étions bien Jeudi et Jeudi, c'est le jour de la vaisselle ! Les enfants avaient oublié complétement le nouveau règlement, ce qui fit bien « marrer » les parents car, pendant que les enfants faisaient la vaisselle, eux, se prélassaient sur le hamac en faisant une bonne et longue sieste sous un beau soleil.

    Les enfants, après avoir fini la vaisselle, allèrent se baigner : ils jouaient à se faire tirer par le bateau sauf qu'il n'allait pas très vite mais ils croisèrent quand même des beaux dauphins qui jouèrent avec eux.

     

    Lors de ce voyage, ils avaient croisé pas mal de dauphins mais ils n’en avaient jamais vu d’aussi près, c'était vraiment une rencontre extraordinaire ! De plus, ils avaient pu les caresser et les prendre en vidéo.

    Le repas était un peu long à cuire et donc, la famille décida de se réunir sur la proue du bateau pour discuter un peu de leur voyage : ce qu’ils avaient le plus aimé, tous les projets encore à venir, se raconter leur journée ...

     

    Tout le monde était vraiment content d'être parti sauf Xavi qui n'avait l'air pas content : il expliqua qu'il en avait assez d'être dans ce bateau, qu'il ne pouvait même pas jouer au foot, qu'il n'y avait même pas de connexion internet, qu'il n'était pas avec ses amis, qu'il en avait marre de ne voir que de l'eau ; il se sentait pas libre ; le bateau n'était pas grand alors, vivre à quatre sur un petit bateau, c'est parfois compliqué… c'est ainsi que Xavi annonça son envie de rentrer à la maison : il ne supportait plus de rester sur ce bateau, de ne pas pouvoir jouer au foot et d'avoir souvent le mal de mer.

    Ce fut difficile de le raisonner pour qu'il reste car s'il devait rentrer, il fallait que sa mère ou son père l'accompagne et cela gâcherait tout le voyage.

    Les parents ne savaient plus quoi faire alors ils décidèrent de manger et d'aller se coucher.

    Capitaine et La sirène avaient du mal à dormir et ils discutaient pour savoir comment ils allaient pouvoir faire car, rentrer n'était pas une bonne idée et, en même temps, s’ils ne faisaient rien, cela allait empirer de jour en jour et ils allaient se retrouver avec un gros problème. Capitaine eut alors l'idée de s'arrêter sur la prochaine île.

    A peine levés, Capitaine et la sirène expliquèrent aux deux enfants comment ils allaient faire pour régler ce problème. C'est donc devant un bon et copieux petit déjeuner que Capitaine expliqua la situation et proposa de se laisser un peu de temps. Ils allaient accoster et passer un long moment à terre pour soulager un peu Xavi. Il pourrait alors jouer au foot, profiter de grands espaces et peut-être aussi, se faire des amis. Xavi se sentait un peu mieux d’avoir été écouté même s’il savait bien qu’à un moment ou un autre, ils allaient bien devoir reprendre la mer. Mais, pour Flipper, ce fut une déception car elle adorait ce voyage.

     

    C'est ainsi que la famille se mit d'accord et donc elle se laissa emporter au gré du vent et décidée à accoster à la prochaine île venue mais quelle serait la prochaine destination, ce qu'il y aurait là-bas, mystère… 


    2 commentaires
  • Samedi 9 mai 2015

     

    Après avoir quitté l’île de la Gomera, nous nous remettons en route. Pour la prochaine étape, nous ne savons pas vraiment où aller : il y a tellement de destinations qui nous font rêver !!! Nous avons alors décidé que le vent déciderait de notre sort. Nous entamons donc aujourd’hui notre premier jour de navigation vers l’inconnu. Ce matin, il fait plutôt gris et je pense qu’il ne va pas tarder à pleuvoir. Au loin, j’aperçois déjà un orage qui, d’ailleurs, se dirige droit vers nous apparemment …

    Moi, les orages, je déteste ça comme tout le monde d’ailleurs ! Il a d’abord commencé à pleuvioter puis des vaguelettes se sont formées et, au fur et à mesure, elles se sont transformées en vagues géantes. Ensuite, c’était carrément un cauchemar, comme dans les films catastrophes du genre… la fin du monde. Le bateau bougeait beaucoup et les vagues ne cessaient pas de grandir. Tout compte fait, c’était peut-être une mauvaise idée de se laisser aller selon l’humeur du vent ! Voire une très mauvaise idée ! Au bout de deux heures, l’orage était encore là et encore plus fort qu’auparavant. Le vent se mit à souffler si fort qu’il faillit faire renverser le bateau.  Je me rendis compte que, dans la cabine principale, il n’y avait que ma mère, mon père et moi. Je ne voyais pas mon frère, quand, soudain, par le hublot de la porte, je le vis, sur le pont, en train de faire le malin devant nous et en criant au vent de se déchainer davantage !  Soudain, il y eut une bourrasque et puis plus rien… Plus un seul bruit… Le Capitaine sortit en courant de la cabine et regarda autour du bateau. Il avait tout de suite compris que mon frère était tombé à l’eau. Heureusement, il y avait encore l’échelle accrochée à la coque depuis la dernière fois où nous nous étions baignés. Xavier s’y était accroché aussi solidement qu’une arapède à son rocher (excuse-moi Xavi, sur le coup, je n’ai trouvé que ça comme comparaison). Mon père se dépêcha de le remonter à bord puis ils retournèrent tous deux dans la cabine en notre compagnie.

    La première chose que ma mère fit fut de lui faire un câlin qui se transforma vite en colère. La Sirène était soulagée que mon frère ne soit pas blessé mais elle était également furieuse contre lui ! En même temps, je suis d’accord avec ma mère : il a fait preuve d’imprudence et, en plus, tout ça pour faire le beau devant nous ! On nage dans du grand n’importe quoi mais vaut mieux ça que couler non ?! Bon, ok, j’arrête mes jeux de mots « à deux balles ».

    Mon père, lui, n’a rien dit comme tout le reste de la soirée d’ailleurs ! Il n’a pas desserré les dents une minute. Je crois qu’il a pleinement réalisé que son fils aurait pu se noyer ou aurait pu être blessé. Bref, cette mésaventure, fort heureusement, fut estompée le soir même. L’orage s’était arrêté et toute notre famille s’était remise des émotions de l’après-midi. Alors, tranquillement, nous partîmes nous coucher.

     

    Dimanche 10 mai 2015 

     

    Aujourd’hui, il fait assez beau mais, il y a un peu de vent. Ce matin, mon frère et moi, avons fait des jeux comme cache-cache, mais nous avons arrêté rapidement car les cachettes étaient vraiment nulles : l’espace sur un voilier est très limité.... Ma dernière cachette, c’était debout devant le lit avec une couverture sur la tête. Je veux dire par là que mon frère n’a pas eu de mal à me trouver ! Aucun intérêt, donc… Bon, les siennes n’étaient pas mieux, je l’avoue. Mais, nous avons bien rigolé, tout de même.

    Cet après-midi, le temps est passé très vite même si je me suis un peu ennuyée. Je scrutais l’horizon quand j’ai aperçu, enfin, une bande de terre. Nous nous sommes approchés de cet endroit et nous avons accosté notre bateau dans le port. Ensuite, nous sommes descendus de notre beau voilier et sommes allés visiter la ville. C’est là que mon père nous a annoncé que nous nous trouvions au Cap vert !!!

     

     

     


    1 commentaire
  •        Nous sommes maintenant au troisième jour de notre voyage et  aujourd'hui nous sommes assez fatiguéssleep et démotivés après tout ce qui s'est passé. La peur et le stress aussi sont toujours présents bien que le Capitaine tente de nous rassurer en nous expliquant que le bateau n'a pas été endommagé et qu'aucune tempête n'est prévue pour les jours à venir. 
    Nous sommes fatigués, le moral est en baisseouch: nous sommes aussi très inquiets, ma sœur et moi mais ce n'est pas ça qui va nous faire rebrousser chemin! Aujourd'hui, nous avons décidé de nous reposer mais avant, nous avons rangé les voiles pour naviguer avec le moteur car c'est beaucoup moins fatiguant. Il n'y a aucune vague comme si le temps voulait se faire pardonner.
            Le temps idéal pour se reposer, donc. A midi, maman nous a fait un très bon repas , succulent et décoré avec des fleurs et des accessoires trouvés dans le bateau. Après avoir bien mangé, nous avons décidé de faire une sieste mais pour cela, il a fallu s'organiser pour que chacun puisse avoir un temps de sieste équitable (sacré programme!!!) alors nous organisons des quarts comme pour la nuit mais le jour!  Une fois la sieste finie, nous voilà bien reposés et c'est l'heure du goûter : nous envisageons de le prendre dans un coin sur le pont du bateau pour pouvoir admirer au mieux le coucher du soleil (encore un sacré programme!!!). Un magnifique moment pour finir la journée et faire le plein d’énergie et de belles images!!

          Cette tempête nous a montré que la mer est à la fois agréable mais aussi très impressionnante. Cette expérience restera dans nos mémoires!  Nous voilà néanmoins remis de nos diverses émotions et plus solidaires que jamais pour de nouvelles aventures...money


    1 commentaire
  • II L'anniversaire   

               

                Le soir même, nous amarrons le bateau dans le port de Madère ; nous mangeons la quiche de flipper, nous faisons le plein de carburant et nous allons nous coucher dans nos cabines respectives.

    Le lendemain, après le petit déjeuner, nous mettons le cap sur Ténériffe. Deux jours plus tard, en montant sur le pont, je m'aperçois que le bateau n'avance pas : pendant la nuit, le régulateur nous a lâchés ! Le problème venait d'un fil du brossé bidirectionnel qui contrôle la vitesse qui s'était dessoudé de son socle. Comme je n'ai pas de fer à souder, je l'ai scotché sur sa plaque en attendant que l'on arrive à Ténériffe pour mieux le faire.

                Dans l'après-midi, nous y sommes enfin arrivés. Le temps de trouver le fer à souder et de faire ma réparation, la nuit tombait déjà. Au même moment, nous commençâmes à entendre de la musique, des tambours très bruyants. Immédiatement, nous allâmes voir ce qu’il se passait. Quand nous est arrivâmes sur la place centrale, nous comprîmes tout de suite que c'était un carnaval. Nous nous précipitâmes dans la première boutique de costumes et là, on nous dit que le thème du carnaval de Santa Cruz, cette année-là, était le futur mais qu'ils n'avaient plus rien à nous proposer. Nous repartîmes donc avec un déguisement de sirène pour Delphine, un masque de licorne pour ma fille, pour moi et Xavi ce fut deux pirates. Nous sommes retournés au bateau pour nous changer et nous maquiller. Quand nous sommes revenus sur la place centrale, le cortège commençait à partir. Pendant le défilé, nous avons vu plusieurs chars recouverts de paillettes, tous plus beaux les uns que les autres : il y avait beaucoup de gens déguisés. La musique était présente partout car, sur chaque char,  se trouvaient des musiciens. Tout le monde chantait et dansait ! Quelle agitation : Chloé a même failli se faire emporter par la foule. Nous sommes retournés au TAILANA au petit jour, les yeux remplis de couleurs et les oreilles de musique.

                Vers neuf heures, nous nous sommes réveillés avec une merveilleuse odeur de croissants au beurre venant de la cuisine : c'était Flipper qui était déjà aux fourneaux. Nous nous sommes assis et après avoir félicité Chloé, nous les avons tous mangés. Juste après, nous sommes allés faire un tour sur l'île. Le temps que je loue une voiture, Flipper nous prépara un super pique-nique, des chaussures de marche et un sac à dos chacun. 

                - Nous revoilà maman, on a une super voiture. 

                - On va où, ajouta Cloé, papa ne veut rien nous dire. 

                - Moi non plus, c'est une surprise !  Mettez votre sac dans le coffre et en route ! 

                - C'est encore loin se plaignit Xavi au bout de cinq minutes de route. 

    Je ne réponds pas et c'est le silence.... Ils se sont endormis à l’arrière : il faut dire que la nuit a été courte. Après une heure de route, nous voilà arrivés au milieu du parc national du Teide. Après un réveil en douceur des enfants, nous partons à pieds à la découverte du volcan. C'est un cratère de 48km de circonférence qui culmine à 3718m. A mi hauteur, nous avons traversé un paysage lunaire. Un arrêt bien mérité pour manger et profiter de cette vue magnifique sur une forêt de pins et, au loin, la mer. Puis, nous redescendons et nous rendons la voiture de location. Nous avons, cependant, gardé un peu d'énergie pour aller voir l'auditorium de Tenerife. Il est tout illuminé et bien imposant au milieu du port. Nous sommes rentrés en tramway car nos jambes ne suivaient plus. 

               

    Le lendemain,  nous sommes réveillés par les différents bruits du port. Après un petit déjeuner copieux, nous larguons les amarres, direction le sud de l'île de Goméra. C'est l’une des plus petites des îles Canaries avec une superficie de 372 km2. Le parc national de Garajonay, inscrit sur la liste du patrimoine de l'UNESCO, recouvre un dixième de sa superficie. Sur cette partie centrale qui culmine à 1000m, la température peut être jusqu'à 15° inférieure à celle des côtes où soufflent les alizés. Vers le milieu de l'après-midi, nous arrivons dans le port de Laguna de Santiago. C'est une ville entourée de montagnes. Elle est très touristique et possède même un aéroport. Nous profitons de la fin de cette journée pour visiter la maison de Christophe Colomb transformée en musée. En rentrant, nous nous arrêtons manger une énorme glace et une fois sur le bateau, nous allons chacun dans notre cabine pour la nuit. 

               

    Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de Xavi. Pour cette occasion, nous décidons d'aller manger sur la terre ferme et nous faire servir, pour une fois. En rentrant hier soir, nous avions repéré un restaurant au bord de la plage : le Cruzcampo. Nous nous y installons donc et nous commandons. Le repas terminé, les enfants se précipitent à la plage pendant que nous buvons notre café. Nous faisons signe aux enfants que nous allons faire quelques courses. Dans le magasin, chacun se dirige vers son rayon préféré et Chloé, discrètement, me demande si j'ai pensé au gâteau de Xavier. Tous, nous rentrons joyeusement car nous avons trouvé des yaourts UHT (longue conservation) et du beurre en conserve. 

    En revenant, je propose de faire une partie de foot sur la plage. Pendant ce temps, Chloé fait un gâteau et Delphine range les courses et décore le bateau. 

     

     


    1 commentaire
  • C’est ainsi que nous quittons l’île de Madère. La famille se réveille doucement dans son espace respectif de vie pendant que le pilotage automatique, lui, fonctionne encore.

    A 8h00 : c’est le petit déjeuner avec céréales et lait pour tout le monde. Après, la toilette, la journée peut commencer.

    9h40 : C’est l’heure de faire les devoirs pour Xavi et Flipper. La Sirène y tient beaucoup ; elle veut que les enfants continuent à apprendre. Des mathématiques, du français, de la géographie, …; rien n’est oublié au grand désespoir des enfants qui trouvent que ce n’est pas normal de faire tout ça en vacances.

    13h00 : A table pour la famille ; ce midi, c’est omelette bien garnie : tomates, œufs, lardons, fromage, champignons, poivrons pour régaler les petits comme les grands 

    14h30 : La Sirène, folle de sport se met sur un tapis en plein milieu du voilier. Flipper l’accompagne alors que le Capitaine, au gouvernail, dirige le voilier. Soudain, il prend le creux d’une vague et voilà la Sirène et Flipper à l’eau. Averti par les cris, le Capitaine qui est aux commandes du bateau, regarde derrière lui et ne voit personne. Il se penche par-dessus bord et trouve les filles à l’eau. Après avoir été pris d’un fou rire irrépressible, il va chercher une échelle pour qu’elles puissent remonter à bord. Elles sont en colère mais ça ne dure pas et finissent, elles aussi, par rigoler de cette mésaventure.

     

    15h30 : Xavi et Flipper jouent aux légos dans la cabine pendant que la Sirène, confortablement assise, regarde la carte et la boussole pour indiquer la direction à suivre au Capitaine.

    16h00 : Le Capitaine se rend compte qu’une pièce du régulateur du voilier vient  de tomber en panne. Il regarde sur l’ordinateur portable comment réparer avec le seul matériel qui se trouve à bord. Après 20 minutes et 2 bouts de ficelle plus tard, le problème est réglé. Alors, ils repartent, direction Ténériffe.

    19h00 : Le voilier largue les amarres sur l’île où le carnaval a commencé. Ils descendent du voilier et découvrent toute l’animation. Les rues se remplissent au gré des représentations et défilés. Des murgas (groupe de chansonniers qui, avec des paroles satiriques, décrivent la vie politique de Tenerife) ou rondallas (petits orchestres) rythment le pas des comparsas, les danseurs et musiciens parés de leurs plus beaux atours. Des bals et représentations musicales ou de danses sont offertes aux nombreux badauds. Les festivités durent environ un mois tout autour de l’île et prennent fin avec l’enterrement de la sardine. Le dernier week-end dit de piñata, les festivités prennent fin lors d’un énorme bal.

    Le lendemain ils partent en famille pour une découverte de l’ile.  Tenerifeaussi appelée ténériffe, en espagnol Tenerife, est une île d'Espagne faisant partie des îles Canaries, dans l'océan Atlantique. Il s'agit de la plus grande île de cet archipel (2034m) mais aussi la plus haute, le Teide un volcan  constituant de plus le point culminant de l'Espagne avec 3 718 mètres d'altitude. Tenerife est également l'île la plus grande et la plus peuplée de la macaronésie. Ses 908 555 habitants font d'elle l'île la plus peuplée d'Espagne et la plus urbanisée et cosmopolite des îles Canaries. Sa capitale et plus grande ville, Santa Cruz de Tenerife, est cocapitale de la communauté autonome des îles Canaries avec Las Palmas de Gran Canaria depuis 1927. Son économie est essentiellement tournée vers le tourisme avec plus de cinq millions de visiteurs par an. Elle constitue ainsi une des premières destinations touristiques en Espagne.

     

    Le jour suivant, ils partent visiter l’île de la Gomera. Pour cela, ils prennent un petit bateau touristique qui fait la navette entre l’île de Tenerife et l’île de la Gomera.

                L’ile de la Gomera est l'une des sept îles principales des Canaries (Espagne). Elle est située dans l'océan Atlantique à l'ouest de l'archipel et appartient à la province de Santa Cruz de Tenerife. La Gomera est une des plus petites îles des îles Canaries avec une superficie de 372 km2. Un dixième de l'île est occupée par le parc national de Garajonay inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Peu habitée, l'île est appréciée des randonneurs pour sa nature préservée. Sa capitale est San Sebastián de La Gomera, où l’on peut trouver le siège du Cabildo. Le point culminant de cette île est Garajonay à 1487 m.

     

    La famille entre dans un petit magasin de produits locaux et trouve des yaourts UHT, c’est-à-dire longue conservation et du beurre en conserve. « C’est génial » s’écrient-ils et ils remplissent leurs sacs, contents d’avoir trouvé ces produits qu’ils pourront garder tout au long de leur voyage et qu’ils apprécient particulièrement. Fatigués de cette journée passée à découvrir cette île, ils décident de reprendre la navette afin de retourner sur l’île de Ténérife et rejoindre leur bateau.

    Le lendemain, la famille se réveille joyeusement surtout Xavi car aujourd’hui, c’est son anniversaire. Il a 12 ans. La famille décide de fêter dignement cela sur l’île. Au programme de cette journée donc : la fiesta. En se promenant dans les petites rues de l’île, la Sirène remarque une petite boutique de vêtements traditionnels et décide de déguiser Xavi. Et tout au long de la journée, au rythme des chansons et musiques qu’ils entendent dans les rues, la famille Deprez va chanter et danser.

     A l’heure du goûter, ils décident de trouver le gâteau d’anniversaire de Xavi.

    Et pourquoi pas, une spécialité ! C’est parti pour déguster le célébrer gâteau de cactus accompagné de jus de cactus.   Miam, c’est bon mais pas piquant !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique